if(typeof window !== 'undefined' && window.location.hostname === "fr.sailgp.com") { }
FRA flag

Domination canadienne et déception française | T-Mobile United States Sail Grand Prix | Chicago at Navy Pier

18 JUNE 2022News
Tags:
  • France
  • T-Mobile United States Sail Grand Prix

C'est sous un grand soleil et dans une brise d'une trentaine de km/h (16 nœuds) que la flotte des F50 a offert un fabuleux spectacle au public massé sur les gradins du Navy Pier. Les gratte-ciels de Chicago, parmi les plus hauts des Etats-Unis, contrastaient avec l'arène aux dimensions particulièrement réduites de cette nouvelle destination de la ligue SailGP. Sur ce format très compact (l’un des plus serrés que SailGP ait connu), les Canadiens emmenés par le redoutable Phil Robertson se sont particulièrement distingués avec deux victoires. Ils terminent premiers de cette première journée de compétition avec 27 points et devancent les Anglais (26 points) et les Néo-Zélandais (23 points). Côté Français, le bilan est mitigé avec 10 points seulement. Quentin Delapierre et son équipage tricolore ont encore quelques marches à franchir pour rejoindre l'élite de ce championnat qui rassemble les meilleurs régatiers de la planète sur les bateaux les plus rapides du monde. Point positif, ils ont été dans la dernière manche du jour auteurs d'une belle remontée.

United States Sail Grand Prix | Chicago | Season 3 | France | Racing

C'est sur une zone de navigation particulièrement réduite que s'est déroulée la première journée du deuxième acte de la saison 3 du circuit SailGP. Face au Navy Pier, les 9 équipages ont dû composer avec une zone de départ inhabituelle, proche de l'entrée du port de Chicago, formée par un étroit passage entre deux digues. Il fallait choisir entre ce passage pour partir bien lancé de l'extérieur du port ou une zone beaucoup plus proche de la ligne de départ qui imposait un démarrage tonique pour prendre de la vitesse rapidement. Français, Néo-Zélandais, Suisses et Canadiens ont choisi l'option extérieure sur la première manche pendant que le reste de la flotte démarrait de l'intérieur du port. Bien lancés, les Canadiens prenaient le meilleur départ derrière les Néo-Zélandais et devant les Anglais pendant que les Australiens et les Français s'élançaient un peu en retrait. Peter Burling et son équipage parvenaient à conserver la tête de la flotte sur ce court format bouclé en juste un peu moins de 11 minutes. Les Anglais et les Danois se plaçaient respectivement 2e et 3e pendant que les Français, à la lutte avec les Américains à l'arrière de la flotte pendant toute la manche, fermaient la marche.

La deuxième manche voyait les Canadiens prendre à nouveau un excellent départ. Grâce à la vitesse la plus élevée de la flotte, ils franchissaient la première marque en tête devant les Australiens et les Espagnols. Plus rapides, Phil Robertson et son équipage se montraient également les plus habiles à trouver les trajectoires les plus courtes tout en limitant le nombre des manœuvres. Une équation gagnante que ne parvenaient pas à trouver les bateaux à l'arrière de la flotte. Parmi eux, les Français qui passaient cette deuxième manche en bas du classement à la lutte avec les Américains qu'ils réussissaient à coiffer d'une seconde sur la ligne d'arrivée ! Une ligne d'arrivée franchie en premier par des Canadiens rapides et dominateurs, devant des Australiens consistants et des Anglais toujours placés.

La troisième manche était une nouvelle occasion pour les Canadiens de faire la démonstration de leur grande forme, impressionnante si l'on considère que beaucoup de membres de ce nouvel équipage découvrent le circuit SailGP. Particulièrement stables sur leurs foils, même dans le clapot désordonné du bas du plan d'eau, Phil Robertson et son équipage ne laissaient aucune chance à leurs adversaires, même les plus aguerris tels l'Anglais Sir Ben Ainslie, 2e de cette dernière manche ou l'Australien Tom Slingsby, double vainqueur des deux premières saison. Les Français s'offraient une dernière manche plus enthousiasmante avec une belle remontée qui les faisait passer de la dernière place à la 6e. Un résultat malgré tout insatisfaisant pour Quentin Delapierre, le pilote de l'équipage tricolore. « Je suis très déçu » avouait le skipper. « Je n'ai pas su bien me défendre sur les départs, notamment contre les Canadiens. Il faut que je sois plus agressif les prochaines fois. A cela il faut ajouter la difficulté particulière de cet acte de Chicago qui nous fait naviguer sur un parcours très compact qui rend la régate très dense. C'était vraiment chaud. Il fallait vraiment être hyper concentré et en mesure de réagir très vite. Je n'avais encore jamais navigué sur un plan d'eau aussi restreint. Je suis vraiment fatigué ce soir… Mais le point positif de cette journée reste notre remontée sur la dernière manche du jour où nous sommes partis derniers. Nous avons réussi à doubler quelques bateaux, ce que nous aurions été incapables de faire il y a peu ».

Autre fait marquant du jour pour les Français, c’était la première participation d'Aloïse Retornaz qui gardera un souvenir incroyable de cette première expérience américaine : « c’était chaud, une première pour moi à 4 en entraînement hier et à 6 en configuration “normale” aujourd’hui en course, sur une zone de parcours minuscule, avec 9 bateaux à des vitesses de malade devant la skyline de Chicago. C’était super beau, hyper impressionnant avec un public en folie. J'avais presque envie de fermer les yeux, j'avoue que j'ai eu peur, c'est la première fois que je vivais ça. »

La journée de demain s'annonce beaucoup moins ventée… Ce qui n'est pas gage de plus de facilité sur le format SailGP !


Rolex Logo White (Presenting Partner)

NEAR Logo White - Global PartnerOracle Logo White (Global Partner)Cognizant Logo White (Official Partner)Kuehne+Nagel Logo White (Official Partner)