if(typeof window !== 'undefined' && window.location.hostname === "fr.sailgp.com") { }
FRA flag

Clap de fin Rockwool Denmark Sail Grand Prix à Aarhus : Ca ira mieux demain !

21 AUGUST 2021News
Tags:
  • ROCKWOOL Denmark Sail Grand Prix
  • France

Aarhus – 21 août 2021 – France SailGP Team n’aura pas connu, au Danemark, les heures euphoriques vécues aux Bermudes en avril (3e) et à Plymouth courant juillet (2e). Vendredi, dans un vent moyen et les contrariétés, et samedi, dans un tout petit temps et des variations que seul Nathan Outteridge et le team japonais auront su déchiffrer, l’équipe de Billy Besson a souffert. France SailGP Team termine 8e du Grand Prix du Danemark remporté par le team australien de Tom Slingsby, devant le Japon et la Grande-Bretagne.

Il y a des jours où rien ne va. Et parfois même, ces journées s’enchaînent. L’équipe de France SailGP Team n’aura pas réussi à déchiffrer les airs d’Aarhus, la deuxième ville du Danemark. Toute la semaine, un vent de Nord – Nord-Ouest aura soufflé sur le plan d’eau après avoir traversé la péninsule. Très soutenu lors de la première journée d’entraînement mercredi, au point que le bateau britannique de Ben Ainslie a établi un nouveau record de vitesse à 98,3 km/h (53,007 nœuds), le flux s’est tari au fil des heures et des jours.

Vendredi, dans 20 à 26 km/h de vent, les Bleus n’ont pas réussi à rééditer ce qui avait fait leur bonheur à Plymouth en juillet, à savoir des départs performants. Sixièmes de la première manche, mieux placés à l’arrivée de la 2e manche mais lourdement pénalisés de 4 points après un contact avec le team néo-zélandais, puis 4e de la troisième, France SailGP Team pouvait, pour se hisser en finale, espérer un sans-faute dans les deux dernières manches de qualification programmées samedi.

Piqué au vif par la décision du jury la veille, Billy Besson avait décidé de « griller toutes (nos) cartouches : on n’a plus rien à perdre ». Rien à perdre en effet, sinon la maîtrise de ses nerfs, dans ce tout petit temps qui a fait naviguer les équipages à trois, au lieu de cinq, tant le vent était faiblard et volage. 7e puis 6e de deux manches qui ont fait naviguer les F50 à contre-emploi, et dans une équité sportive un brin contestable puisque le couperet tombe au bout de 15 minutes de course, Billy Besson et les Bleus terminent à la 8e place de cet événement, un point derrière l’Espagne, qui n’a pu courir vendredi en raison d’un foil sérieusement endommagé après un chavirage.

Au mieux, on a enregistré 6 nœuds lors des deux ultimes manches de qualification. On se demande encore comment Nathan Outteridge a su repérer les fantomatiques veinules de vent de ce jour, pour hisser le team japonais en finale avec la Grande-Bretagne de « The GOAT », Sir Ben Ainslie, et l’Australie de Tom Slingsby, tenante du titre, victorieuse une nouvelle fois, après sa victoire à Plymouth il y a un mois, et plus que jamais solide leader de cette 2e saison après quatre des neuf grands prix de la saison.

Vivement Saint-Tropez !

Pour sa seconde saison sur le circuit SailGP, l’équipe française continue à apprendre. Depuis le début de saison, avec régularité, elle alterne les heurs et les malheurs : 3e aux Bermudes, 7e en Italie, 2e en Angleterre, et 8e au Danemark. La voici donc dans les meilleures conditions pour aborder le Grand Prix de France I Saint-Tropez, les 11 et 12 septembre prochains. Certes, France SailGP Team a cédé sa troisième place au classement général dominé par l’Australie, mais elle reste à 4 points du podium. De quoi aiguiser l’appétit de Billy Besson qui, en 2019 à Marseille, avait signé en Méditerranée sa première victoire en SailGP !

Rolex Logo White (Presenting Partner)Oracle Logo White (Global Partner)Cognizant Logo White (Official Partner)Kuehne+Nagel Logo White (Official Partner)

Empty Partner Group 2